A propos

Laos, villageoises artisans

Crédits photos : Paul Wager


Le nom Gaïora s’inspire de la mythologie Grecque et de sa déesse Gaia, qui signifie « Terre » dans la Grèce Antique. C’est l’une des premières divinités à l’origine de l’Univers : elle incarne la Terre et est décrite dans la mythologie comme étant la « Mère de tous ».

A la croisée des continents et des cultures de notre Terre,  Gaïora est née de la volonté de :

Promouvoir et faire vivre l’artisanat local,

richesse de notre patrimoine culturel mondial ;

 

Faire découvrir des designs et des modèles uniques,

propres à chaque culture ;

 

Raconter une histoire,

celle de ces artisans créateurs, dont le métier se transmet souvent de génération en génération ;

 

Être un vecteur de l’achat-responsable,

en créant de la valeur économique mais aussi sociale ;

 

Vous faire voyager à notre façon,

en vous proposant des produits artisanaux coup-de-cœur venus des 4 coins du monde. 


Notre histoire

L'histoire de Gaiora

Lucie lors d'un voyage à Angkor, au Cambodge

C’est avant tout sa passion pour les voyages et la découverte de nouvelles cultures qui a doucement fait naître l’envie à Lucie de lancer son site.

Grâce à des parents férus de voyages, Lucie parcourt le monde depuis toute petite et s’oriente donc naturellement vers des études de commerce international, dans le but de travailler un jour à l’étranger. Dans le cadre de ses études, elle passe donc quelques mois à Madrid, Londres et New-York où elle rencontre d’ailleurs son futur mari, un Français d’origine syrienne étudiant dans la même école qu’elle.

Son diplôme de Marketing en poche, Lucie est embauchée dans une maison d’édition en tant que chef de produit mais désireuse d’apprendre plus, elle intègre 1 an et demi plus tard l’équipe de Courrier International et du Monde diplomatique, titres de presse appartenant au Groupe Le Monde, pour lesquels elle sera en charge des abonnements.

Son goût du challenge et de l’aventure la pousse à suivre son mari à Singapour en 2014, où elle restera 2 ans. Elle décroche un poste de Responsable de la communication digitale dans une agence de design, mais son envie est ailleurs : la localisation centrale de Singapour lui permet de parcourir l’Asie du Sud-Est et l’Océanie, du Vietnam à l’Australie, en passant par le Cambodge, la Thaïlande, l’Indonésie ou encore l’Inde.

Lucie a pour habitude de ramener des produits artisanaux à ses proches après chaque voyage : que ce soient des petits objets de décoration, des étoles, des bijoux ou bien des sacs, elle ne résiste jamais à l’envie de partir à la recherche d’artisans locaux et sélectionne soigneusement chaque souvenir qu’elle ramènera dans ses valises.

C’est lors d’un séjour en Inde, où elle visite des ateliers d’artisans à Agra fabricants de magnifiques tapis, que l’idée de créer une plateforme accessible à tous et mettant en relation directement les artisans et les consommateurs, prend forme.

Lucie imagine alors un site qui permettrait de se procurer (ou d’offrir) des objets authentiques venant des 4 coins du monde, une manière de voyager et en même temps d’acheter de manière responsable et ainsi faire vivre des petits artisans locaux.

Ayant vécu 2 ans en Asie du Sud-Est, il lui apparaît comme une évidence de faire découvrir à travers son site ses trouvailles artisanales du Vietnam, du Laos, de la Thaïlande mais aussi de l'Indonésie, dans sa première collection GaïoraLovesAsia. En prenant toujours le soin de vérifier que les artisans avec lesquels elle travaille sont agrémentés d'un label "Commerce équitable", elle sélectionne des écharpes et foulards artisanaux en soie, tissés à la main par des artisans du Laos auprès du collectif Mulberries ; en Thaïlande, elle portera son choix sur de bijoux au charme fou entièrement fait-main par les femmes de la tribu Akha;  dans la région de Chiang Mai, elle découvre le talent des femmes Hmong pour les broderies colorées et ethniques ; au Vietnam, ce sont des foulards tie and dye 100% soie qui lui taperont dans l'oeil,; enfin, à Bali, elle ramène des bracelets de perles fait-main ainsi que des pochettes, achetés auprès de petits artisans locaux.

Elle espère de tout son coeur que la première collection saura séduire afin de lui permettre de faire découvrir l'artisanat local de d'autres régions du monde...à commencer par l'Amérique du Sud et ses talentueux artisans qu'elle rêverait de rencontrer...